Archives de Tag: Pré-histoire

Pourquoi j’ai mangé mon père

Pourquoi j'ai mangé mon pèreRoman de Roy Lewis (1960)

The Evolution Man

En résumé : Les aventures d’une famille préhistorique, menée par Édouard, inventeur qui va conduire son peuple vers une nouvelle ère.

Mon avis : Il existe des traductions de titre de roman un peu malheureuses. « Pourquoi j’ai mangé mon père » en est une, étant donné qu’elle annonce d’emblée au lecteur la fin du roman, ce dont on se passerait bien. Ceci dit, elle ne gâche pas pour autant le plaisir qu’on a à lire ce roman original et qui n’a pas pris une ride. On s’amuse toujours de voir cette famille de pithécanthropes (équivalents de l’homo erectus) faire la découverte du feu, événement qui va basculer cette race bâtarde en une ébauche d’êtres humains que nous sommes devenus. Pas une seule fois on a l’impression de lire un essai scientifique sur cette période préhistorique (vers -1.5 millions d’années), et pourtant le sociologue qu’était Roy Lewis ne fait aucune faute sur la véracité de ses propos.

L’intérêt de ce roman, et ce qui en a fait son succès au fil des décennies, réside dans l’humour omniprésent. Des anachronismes à l’absurde, en passant par les clins d’œil à notre histoire plus récente, l’auteur passionne autant qu’il amuse, notamment en dotant la famille de prénoms typiques de la bourgeoisie anglaise (Édouard, Ernest, Oswald…), mais également à travers l’érudition avec laquelle ils s’expriment et appréhendent leur univers. Amener les protagonistes à penser leur monde tel que les scientifiques tentent de le faire des milliers d’années après élève le récit au-delà de la simple figure de style, et pose les questions philosophiques et métaphysiques qu’ont apportées ces changements dans l’histoire de l’Humanité, comme si nous y étions. Car la découverte et la maîtrise du feu n’ont pas dû se produire sans appréhension (et quelques dégâts !).

Que les plus réticents, ceci dit, se rassurent. On est bien loin de La Guerre du feu. Je vous laisse le soin de découvrir les techniques de drague de l’époque, ou les rapport que l’homme savait (encore !) entretenir avec la nature et les animaux. Et de relativiser…

Ce roman est un conseil de L’Ivresse des Mots.

Poster un commentaire

Classé dans Grande-Bretagne, Romans