Archives de Tag: enquête

Élégie pour un Américain

Roman deElégie pour un Américain Siri Hustvedt (2008)

The Sorrows of an American

En résumé : Après l’enterrement de leur père, Erik (psychiatre divorcé) et Inga (veuve philosophe) Davidsen tombent sur la lettre qu’une inconnue a jadis envoyée au défunt. Autour de l’enquête que cette découverte entraîne, le lecteur fait connaissance avec le microcosme qui entoure ces deux personnages.

Mon avis : Il y a des livres que l’on lit sans forcément prêter attention au titre. Et pourtant, quand ma douce m’a demandé ce que signifiait le mot « élégie », l’érudit que je suis a eu la présence d’esprit de lui répondre par un superbe : « Eeeeeuuuhhh… ». Donc, pour la curiosité :

élégie [nom fém.] : usuel. « Poème lyrique de facture libre, écrit dans un style simple qui chante les plaintes et les douleurs de l’homme, les amours contrariés, la séparation, la mort. »

Si on se réfère au titre original, on constate donc que la traductrice a préféré « élégie » à « chagrins » ou « peines », plus littéraux. M’est avis que celle-ci est plutôt du genre crâneuse…

Ceci dit, ça n’en rend pas la roman de Siri Hustvedt moins intéressant pour autant. Enfants d’immigrés norvégiens (comme l’auteure), Erik et Inga essaient de reconstruire leur vie après une brutale séparation, divorce pour l’un, décès pour l’autre. L’écrivain aborde avec finesse les thèmes des secrets de famille, de l’intégration (comment s’insérer dans une société sans perdre celle que l’on a quittée) et de la résilience. Autour de ces protagonistes, on fait également connaissance avec Miranda et sa fille Eglantine, nouvelles locataires afro-américaines d’Erik, mais également avec l’ex-mari de Miranda, un photographe pour le moins inquiétant. Nous faisons aussi de brèves intrusions dans les confessions des patients d’Erik. Du côté d’Inga, nous trouvons sa fille Sonia, traumatisée par les événements du 11 septembre ; le fantôme de Max, son mari écrivain et cinéaste culte ; et la maîtresse que celui-ci aurait eu, une actrice ratée qui détient une lettre compromettante. Toutes ces rencontres et portraits sont entrecoupés d’extraits du journal posthume de Lars Davidsen, le père disparu, qui évoquent son intégration aussi bien que son expérience de la guerre.

Vous pouvez comprendre, suite à ce chapitre, ce qui gêne dans ce roman. La profusion de personnages, de récits, de malaises et de non-dits, s’ils ont vocation à dresser un tableau de l’Amérique d’aujourd’hui, perd le lecteur dans sa débauche d’intrigues situées entre passé et présent, ville et campagne, protagonistes et personnages secondaires (car je n’en ai cité qu’une partie!). Siri Hustvedt a mis dans ce roman ce que nous aurions voulu voir se développer dans trois ou quatre volumes différents. Ce qui est, somme toute, un gage de qualité.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Etats-Unis, Romans

Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit

Bizarre Incident du chien pendant la nuitRoman de Mark Haddon (2003)

The Curious Incident of the Dog in the Night-Time

En résumé : Christopher Boone, un ado de 15 ans, décide d’enquêter sur la mort de Wellington, le chien de sa voisine.

Mon avis : Dès le début, ce roman, vrai phénomène de bouche-à-oreille international, nous démontre sa malice. Les premières pages nous promettent un roman policier classique, avec ambiance nocturne et suspects potentiels. Pourtant, on sent déjà l’originalité de l’ouvrage : la victime est un chien (élément plutôt rare dans la littérature du genre), et l’enquêteur amateur un ado, avec une perception assez particulière des choses.

Mais très vite le roman quitte les codes du roman policier pour nous embarquer dans un parcours initiatique où notre protagoniste va démêler les fils d’un monde dont il ne comprend pas tous les enjeux. Sans que le mot ne soit jamais écrit, on comprend aisément que Christopher porte en lui les symptômes d’un autisme (ne me demandez pas quelle forme d’autisme en particulier, je ne m’aventurerai pas dans des pronostics médicaux qui sont hors de ma portée), et par conséquent, il a une sensibilité et une appréhension légèrement différentes de l’univers qui l’entoure ; une logique à lui qui révèle sans le vouloir les travers des gens dits normaux. À travers le seul regard de cet adolescent, Mark Haddon amène le lecteur à ressentir le mystère qui entoure la condition familiale de Christopher, et au-delà, nous invite à relativiser ce qui nous paraît, encore une fois, « normal » dans un monde qui n’a finalement pas de sens, à pointer l’absurdité de nos comportements et de la société que l’Homme a créée. Avec un vrai talent pour décrire les angoisses liées à l’enfance en général, et à la condition autistique plus précisément, l’auteur signe un roman remarquable, inventant avec Christopher Boone un des personnages les plus attachants qui m’ait été de découvrir dans la littérature.

Poster un commentaire

Classé dans Grande-Bretagne, Romans