Archives de Tag: absurde

L’Homme que l’on prenait pour un autre

Homme que l'on prenait pour un autreRoman de Joël Egloff (2008)

En résumé : Un homme est régulièrement pris pour quelqu’un d’autre par des passants. N’osant pas les contrarier, il décide de leur donner raison.

Mon avis : Nous avons tous connu cette situation où une personne nous accoste en nous confondant avec quelqu’un qu’elle connaît. Personnellement, il fut une époque où, en recoupant les malentendus, j’ai compris que j’avais un sosie à Angers. Et l’idée m’est effectivement venue de me faire passer pour ce type, au risque de me faire griller au bout de deux minutes de discussion. Mais ma raison (et mon ego amoureux de moi-même) m’a tout de suite amené à rectifier le quiproquo. Peut-être n’aurais-je pas dû…

Dans le roman de Joël Egloff, le protagoniste, sans nom (forcément !), a un physique si banal qu’on le prend régulièrement pour quelqu’un d’autre, mais toujours une personne différente selon son interlocuteur. Ayant peur de brusquer les gens, il décide d’endosser le rôle qu’on lui attribue, et par là vivre des situations rocambolesques. Ainsi devient-il, tour à tour, le souffre-douleur d’une bande de voyous, l’ex-compagnon de cellule d’un malfrat, le mari de sa voisine du dessous, un présentateur de météo célèbre ou encore le fils d’un homme mourant à l’hôpital. L’auteur interroge par ce truchement notre rapport à l’autre, et les repères que nous nous forgeons dans cet univers. L’écrivain en profite pour mettre en évidence l’ennui qui ronge le couple, la solitude et la détresse liées au vieillissement, toujours sur une note ironique et absurde.

Mais autant chaque saynète est plaisante à lire, et maintient le lecteur dans une attente efficace (Mais jusqu’où va-t-il aller ?), autant le roman, dans son ensemble, manque d’une intrigue qui relie le tout. Car les inconnus qui surgissent dans la vie de notre anti-héros disparaissent aussi rapidement et facilement qu’ils sont apparus, comme la mémoire de ce facteur qui semble oublier à chaque fois à qui s’adresser et à qui adresser ses lettres. Mais il faut avouer que l’envie est tentante de jouer le jeu, et devenir un autre, juste comme ça, pour essayer… Chiche ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans France, Romans